Le projet de découverte de la Mer de l’Ouest

Les Français connaissaient bien les territoires entourant les Grands lacs. Entre 1650 et 1680, tout le lac Supérieur avait été exploré. Des postes de traite, des missions et des forts parsemaient les rives des lacs Supérieur, Michigan, Huron et Érie. Ils avaient aussi des notions géographiques sur le Mississippi et comprenaient la valeur stratégique de ce fleuve, qui pouvait faciliter l'accès à l'intérieur du pays. Le lac Supérieur était le lac positionné le plus vers l'ouest et ses rivières menaient vers des contrées plutôt inconnues.

Vers la fin du 17e siècle, les grandes explorations sont freinées par les guerres et les attaques iroquoises. La grande paix avec les Iroquois en 1701-1702 et le traité d'Utrecht en 1713 permet à la Nouvelle France et de prendre un nouvel essor. Malgré l'affaiblissement de la France, le traité ouvrait une ère de paix qui allait mener à l'expansion et à la prospérité. Le traité chassait la France définitivement de la baie d'Hudson. Donc, l'idée de trouver un passage par le nord fut éliminée. La seule route pour trouver la Mer de l'Ouest qui restait était celle à travers le continent.

En 1716, trois ans après le traité d'Utrecht, le gouverneur général Vaudreuil et l'intendant Michel Bégon décidèrent d'élaborer un plan de découverte dans un mémoire daté le 12 novembre 1716 au ministre de la Marine. Il comprenait les éléments suivants:
  • Le projet évident de trouver une route terrestre vers l'Orient;
  • L'expansion du commerce de la fourrure, surtout que les anciens postes commençaient à fléchir;
  • Concurrencer avec l'Angleterre sur le continent;
  • Intercepter les plus belles pelleteries du pays qui montent à la baie d'Hudson;
  • L'évangélisation des amérindiens;
  • Effectuer des prises de possession en bonne et due forme avec déploiement de drapeaux et l'enfouissement de plaques de plomb aux armes du roi de France.
Le plan prévoyait d'abord l'établissement de trois postes de relais : le premier à Kaministiquia au nord-ouest du lac Supérieur, le deuxième, au lac La Pluie, le troisième au lac des Bois. De là, on entreprendrait la découverte de la mer de l'Ouest. La Cour devait prévoir le coût de l'établissement des trois postes et environ 60 000 £ répartis sur deux ans.

Le Conseil de la Marine approuva le plan le 3 février 1717. Durant le même été, le lieutenant Zacharie Robutel de La Noue établit le poste de Kaministiquia au lac Supérieur. Malgré l'approbation du plan et des budgets par la Cour, il faudra attendre 14 ans avant de franchir l'étape suivante et l'arrivée de La Vérendrye
Stacks Image 46
© 1994 - 2017 La Cie de la Vérendrye Courriel / E-mail